Spectacle au théâtre national d’Angoulême « La Chute des Anges » de Raphaelle Boitel

Le 17 octobre 2019, Aurélie Zadra responsable de l’action et du développement culturels et du public jeune au théâtre d’Angoulême est intervenue dans notre classe afin de nous présenter le spectacle « La Chute des Anges » imaginé par Raphaëlle Boitel. Artiste de cirque française, contorsionniste, acrobate, actrice, directrice de théâtre et chorégraphe, elle a débuté comme artiste de rue puis a participé à des tournées internationales notamment une de James Thiérrée (petit fils de Charlie Chaplin). Ce spectacle qui mélange la danse, le théâtre et les acrobaties a été présenté lors d’une tournée internationale du Japon au Etats-Unis. Aurélie Zadra nous a également expliqué la structure du spectacle, entre jeux de lumières, sons et danse. Raphaëlle Boitel s’est inspirée de peintres tels que Magritte (peintre belge et surréaliste) qui a peint « Le fils de l’homme » ou encore Pierre Soulages qui est un peintre français, connu pour son usage des reflets de la couleur noire. C’est ce que Raphaëlle Boitel a décidé d’exploiter dans son spectacle.


Le mardi 05 novembre à 20h, tous les élèves se sont rejoints au théâtre accompagnés de leurs professeurs Mmes C., B. et V.afin d’assister à la représentation « La Chute des Anges » d’une durée de 1h10.


Ce spectacle nous plonge dans une atmosphère sombre et obscure dès les premières minutes où les corps des interprètes sont articulés, manipulés comme des marionnettes et sont en adéquation avec la musique de fond qui, quant à elle, est rythmée. Dans cette représentation, Raphaëlle Boitel utilise la scène comme une page blanche où elle évoque « un monde dominé par une technologie de plus en plus envahissante. Son but est de faire en sorte que le spectateur porte un regard plus acéré sur le monde avec les thématiques de la manipulation, les relations entre les êtres humains et la fragilité des équilibres.


La mise en place des jeux de lumières entre obscurité et lumière selon moi évoque l’espoir. Pour rappeler aux spectateurs que derrière le désespoir se cache toujours une lueur d’espoir. De plus, les figures aériennes accompagnées de musiques appropriés à chaque mouvement sont, quant à elles, source de légèreté et hypnotisent le spectateur.


Pour finir, « La Chute des Anges » est un spectacle qui transporte le spectateur dans un autre univers où chacun peut se faire sa propre interprétation et en tirer son propre message.


Les étudiants ont été transportés par ce magnifique spectacle rempli d’émotions, et remercient madame V., professeure de Culture Générale qui a pu faire venir Mme Zadra et qui nous a offert l’opportunité de voir ce spectacle à renommée mondiale.


M. D.
STS SAM1 – Session 2020

La Chute des Anges (2)

Le spectacle « La Chute des Anges », s’apparente aux arts de la piste, et mêle des musiques électroniques et contemporaines.


Pour réaliser ce spectacle , Raphaëlle BOITEL s’est inspirée de nombreuses fois de l’allégorie de la Caverne de PLATON, mais aus si du film « Les Ailes du désir » de Wim WENDERS. De plus, elle a fait le choix de reprendre des éléments majeurs des oeuvres de MAGRITTE et de Pierre SOULAGES pour créer des jeux de lumière, les décors, et suggérer le monde des apparences.


« La Chute des Anges » est un spectacle , qui personnellement, m’a beaucoup touchée . J’ai trouvé le choix des lumières et des décors hors du commun et fascinants. Je suis vraiment restée captivée, je dirais même « bouche bée » par le détail des mouvements et des émotions que nous transmettaient les danseurs . De plus, j’ai fortement apprécié le fait d’être plongée dans un univers à la fois très sombre mais pourtant rempli de lueurs d’espoir. Tout au long du spectacle, une intrigue était présente. J’ai été impressionnée par cette atmosphère mystérieuse, qui amplifiait la musique extrêmement bien choisie.
J’ai été plus précisément entièrement captivée pendant les moments d’acrobaties aériennes , notamment quand nous pouvions apercevoir une jeune fille relativement curieuse et pleine de mystère . Cette dernière cherchait constamment à s’approcher et à communiquer avec une petite lumière omniprésente sur scène , comme si elle tentait de s’accrocher à un espoir. Elle, contrairement aux autres, était constamment à la recherche de cette lumière qui pouvait symboliser ce désir d’accéder à la vérité. Peut être peut on y voir une lueur d’espoir. C’est comme si on voyait son désir de comprendre ce qu’elle ne connaît pas.


L R.
STS SAM1 – Session 2 020

La Chute des Anges (3)

Le Jeudi 17 octobre 2019, nous avons eu la visite d’Aurélie Zadra qui est la responsable de l’action et des développement culturel et du public jeune. Lors de cette visite, elle nous a présenté le spectacle de Raphaëlle Boitel La Chute des Anges et a évoqué également l’espace scénique dans lequel celui-ci allait se dérouler.


Le Théâtre d’Angoulême est composé de 3 salles de théâtre. Il accueille tout type de spectacle : Art de la piste (nouveau cirque, cirque traditionnel), danse (ballet, hip hop, danse contemporaine), théâtre et concert.

Le spectacle La Chute des Anges est monté par Raphaëlle Boitel. Il a été en tournée au Japon et aux États-Unis. Dans ce dernier, la barrière de la langue n’existe pas car il est plus concentré sur la danse et l’art de la piste que sur les paroles. Nous savons que le langage non-verbal est encore plus riche en significations que le verbal.

Raphaëlle Boitel a été remarquée par la troupe Fratellini à l’âge de 8 ans. Elle fonde ensuite sa propre troupe ; son premier spectacle fut le 5ème hurlant où elle mélange sa passion du cirque du trapèze et de la danse contemporaine.


Dans La Chute des Anges, elle mêle l’art de la piste et de la danse. Raphaëlle Boitel s’inspire du film de Wim Wenders Les ailes du désirs (1987) qui a obtenu le prix de la mise en scène à Cannes, de Pierre Soulages (pour ses tableaux, où il joue avec la lumière du noir), de Magritte (pour l’homme en manteau en noir) et de l’Allégorie de la caverne de Platon (pour la recherche de la vérité). Le Mardi 5 novembre 2019, nous avons assisté à la représentation du spectacle.


J’ai beaucoup aimé ce dernier : je me rends compte que nous humains, avons toujours soit peur de l’inconnu soit sommes beaucoup trop curieux. Notre société nous enferme dans une certaine routine. Dans ce spectacle nous pouvons nous poser des questions concernant le monde et son fonctionnement. Comme dans l’allégorie de la caverne de Platon, nous croyons toujours ce que voyons mais nous n’allons pas chercher le pourquoi du comment. Nous ne nous en tenons qu’au monde des illusions. Nous pouvons nous poser plusieurs questions. Qui sommes-nous ? Suis-je un corps manipulable par quelqu’un ? Suis je maître de moi-même ? Ces questions et cette allégorie se retrouvent à mon avis dans la scène avec la jeune fille qui est attirée par la lumière. Ses compagnons ne veulent pas qu’elle se dirige vers elle, la manipulent et la retiennent auprès d’eux. Cette lumière est la représentation de la vérité, dont nous, humains, avons peur.


T.T
STS SAM1 – Session 2020

La Chute des Anges (4)

J’ai beaucoup apprécié ce spectacle qui a commencé par évoquer des individus manoeuvrés comme des marionnettes, vêtus de longs manteaux noirs et dont on ne voit pas le visage. Ils sont dans le noir. Juste quelques fuseaux de lumière les éclairent. Pour moi, cette scène peut faire référence au tableau « la décalcomanie » de Magritte, peint en 1966 et exposé au musée Pompidou à Paris. Sur cette oeuvre on voit un homme de dos avec un long manteau noir à gauche et à droite, son reflet représenté par un ciel bleu avec des nuages. Derrière lui se trouve un rideau. En effet, on retrouve dans le spectacle « la chute des anges » les mêmes caractéristiques à savoir les manteaux, les jeux d’ombre et de lumière et le rideau de scène.


On découvre que les individus cachés derrière ces manteaux ont tous des âges différents ce qui peut faire référence au cercle de la vie. Ils jouent aussi le rôle des anges.


Les jeux de lumière et d’ombre peuvent faire référence aux oeuvres de Pierre Soulages qui peint des tableaux noirs en laissant paraître des zones de lumière dans ses peintures et crée ainsi des effets d’optique. Cette pièce de théâtre joue également sur ce clair-obscur. Cela me fait penser au passage où les lumières se sont mises à bouger comme si elles étaient vivantes et voulaient communiquer avec les individus.


Les expressions du visage, du corps et la musique jouent aussi un rôle important. Les personnages mélangent chorégraphies et cirque sans prononcer un seul mot. Cela procure de l’émotion et on imagine que les personnages communiquent avec nous et avec une touche d’humour parfois.


En un mot, j’ai trouvé ce spectacle IMPRESSIONNANT.


L. K.
STS SAM1 – Session 2020

La Chute des Anges (5)

Les étudiants de 1ère année de BTS SAM (Support à l’Action Managériale) ont assisté au spectacle « La chute des Anges » qui a eu lieu au théâtre d’Angoulême- Scène Nationale- avenue des Maréchaux. Le spectacle durait 1 H 10 et était accessible à tous, dès 10 ans. Dans ce dernier, Raphaëlle Boitel, metteur en scène et chorégraphe met en scène une jeune femme qui tente de changer les habitudes de ses amis qui sont des anges mais à la fois aussi des esclaves.


Durant toute la durée du spectacle une question se pose « Que deviendrait notre monde si les anges ne pouvaient plus voler ? » Cirque, danse théâtre, cinéma, costumes, rien n’est laissé au hasard pour captiver notre esprit et nous permettre d’être plongés dans un autre monde. En effet, nous sommes confrontés à plusieurs sentiments, entre peur, surprise et joie.


Dans cette mise en scène Raphaëlle Boitel veut, selon moi, transmettre un message : « nous sommes maîtres de nous-mêmes et c’est pour cette raison qu’il faut toujours garder espoir ». Dans la première partie du spectacle nous apercevons des hommes et des femmes vêtus de costumes entièrement noirs. Les personnages semblent livrés à eux mêmes et dénués de tout sentiment. Ils sont manipulés par des machines qui tirent le col = de leur costume, signe qu’ils sont contrôlés et qu’ils ne semblent pas libres de leurs mouvements. Cela peut nous faire penser à la société dans laquelle nous évoluons. Nous ne sommes parfois pas totalement maîtres de notre destin : il nous arrive parfois de nous empêcher de suivre nos rêves et notre instinct par peur de décevoir, d’être différents ou même de nous tromper. Le temps d’une heure et 10 minutes, cette représentation théâtrale nous fait oublier nos appréhensions sur toutes les peurs que nous pouvons ressentir. Elle a une fonction rassurante, je trouve.


Dans ce spectacle Raphaëlle Boitel a fait appel à ces nombreuses inspirations culturelles, films et oeuvres plastiques avec notamment L’Allégorie de la caverne de Platon ou encore 1984 de Georges Orwell, célèbre dystopie.


Le spectacle s’est terminé sous une salve d’applaudissements. Il a fait l’unanimité tant du côté des étudiants que des professeurs.


WD.
STS SAM1 – Session 2020